La prime chaudière à Bruxelles : ce que la Région vous offre

Savez-vous quelle partie de votre facture énergétique s’avère la plus coûteuse ? Il s’agit du chauffage et de l’eau chaude sanitaire.

Ainsi, en contractant l’installation d’un nouveau système de chauffage, vous pourrez facilement alléger les coûts, mais aussi réduire votre impact environnemental, les nuisances sonores,…

Une initiative grandement saluée par le gouvernement bruxellois, qui offre maintenant une prime énergétique, liée au chauffage, pour permettre aux foyers d’opter davantage pour des systèmes à haut rendement.

⇒ Testez votre Éligibilité !

Prime chaudière à Bruxelles : à quoi avez-vous droit ?

La valeur de la prime dépendra de plusieurs facteurs. Premièrement, il vous faudra faire un choix sur le système de chauffage choisi : il fera grandement varier la valeur de base.

Beaucoup de ces travaux offrent la possibilité de toucher des bonus au mètre sur la prime, mais aussi à l’énergie (augmentation de la prime selon augmentation du nombre de kiloWatts).

Point fondamental pour mieux calculer ses primes : les demandeurs sont catégorisés dans des catégories, A, B et C, selon la composition de leur foyer et leurs revenus. Les valeurs de la prime varient ainsi selon la classe du demandeur. Les professionnels sont automatiquement de la catégorie C.

Il est également à noter que jusqu’au 1er septembre 2021, certains cas offrent un bonus supplémentaire aux foyers. C’est donc une aide très intéressante pour vous permettre d’investir dans un système de chauffage plus performant ! Vous verrez, cas par cas, quelles sont les valeurs des primes.

Les primes énergie pour le chauffage

A Bruxelles, la prime à l’énergie est répartie en plusieurs thèmes. Le thème C (Prime C : prime Chaleur) est donc lui-même divisé en 7 travaux éligibles. Ces sept travaux, concernant tous le domaine du chauffage, sont les suivants :

  • installation d’une chaudière, d’un aérotherme gaz ou d’un générateur à air chaud
  • régulation thermique de votre logement
  • installation d’une pompe à chaleur, destinée au chauffage de votre intérieur
  • installation d’une pompe à chaleur, destinée au chauffage de votre eau sanitaire
  • travaux de tubage cheminée collective
  • installation d’un chauffe-eau solaire
  • contrôle périodique de votre installation calorique
Type de système de chauffage Montant de la prime
Chaudière, générateur à air chaud ou aérotherme gaz performants jusqu’à 40 kW, de 700 euros à 1.200 euros
Pompe à chaleur pour chauffage De 4.250 euros à 4.750 euros
Pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire De 1.400 euros à 1.600 euros
Thermostat d’ambiance ou optimiseur  De 25 euros à 100 euros
Vanne thermostatique De 10 euros à 30 euros
Chauffe-eau solaire De 2.500 euros à 3.500 euros
Tubage cheminée collective De 30 euros à 40 euros
Contrôle période PEB Uniquement pour les catégories C : 100 euros

La prime a pour but principal d’inciter les ménages à opter pour tous ces travaux. Ils sont considérés plus écologiques, moins énergivores et surtout beaucoup plus économiques ! Nous détaillerons à la suite de ce paragraphe chacun des travaux pour vous permettre de considérer chaque option.

Prime pour installation d’une chaudière, d’un générateur à air chaud ou d’un aérotherme gaz performants

On parle ici aussi bien d’une chaudière à condensation que d’une chaudière biomasse. La première utilise le gaz qu’elle brûle pour produire de la chaleur. A très haut rendement, elle constitue une solution très efficace, mais pas des plus écologiques.

A l’inverse, la chaudière biomasse brûle de la biomasse (c’est à dire des écorces, du bois, et d’autres résidus naturels) et en tire ainsi une chaleur plus naturelle et authentique. Plus écologique, cette solution est de plus en plus plébiscitée.

Le générateur à air chaud, lui, brûle des gaz et diffuse ainsi rapidement et efficacement de la chaleur. Enfin, l’aérotherme à gaz est suspendu au plafond, et constitue une solution très économique : peu cher à installer, facile à installer, il dure dans le temps et offre une chaleur confortable.

Si un demandeur de catégorie A obtient une prime de base de 700 euros, la catégorie B offre une prime de base de 800 euros et la catégorie C une prime de base de 1200 euros. Cependant, toutes ces primes se complètent par un montant de 5 euros par kiloWatt supplémentaire, ainsi que d’un bonus variant de 50 à 70 euros par mètre dans le cadre d’un tubage cheminée.

Ce sont dont des montants très avantageux, incitant ainsi à l’installation de ces systèmes de chauffage qui, plus qu’efficaces, offrent des performances renforcées.

Il est à noter que l’installation d’une chaudière à l’usage mixte (eau sanitaire/chauffage) est elle aussi assujettie à cette prime !

Prime pour une régulation thermique

Une installation de système de chauffage complète est obligée de respecter des règles de chauffage (PEB). C’est dans ce but qu’une régulation thermique se doit d’être présente auprès de votre système, par le biais d’un optimiseur (thermostat d’ambiance) et de vannes thermostatiques.

Ces installations vous permettront un contrôle et une régulation accrue de la consommation énergétique de votre foyer : elles se doivent d’être équipées d’horloges et de permettre une programmation sur un minimum de sept jours.

La prime liée à la régulation thermique concerne les fournitures et la main-d’œuvre nécessitée à ces travaux. Elle varie de 25 euros pour un demandeur de catégorie A, à 50 euros pour une catégorie B, et jusqu’à 100 euros pour une catégorie C. Ces montants sont unitaires et se multiplient par le nombre de thermostat ou optimiseur installés. Dans le cadre d’une vanne thermostatique, la prime est de 10 euros par vanne installée pour une catégorie A, de 20 euros pour une catégorie B, et 30 pour un demandeur de catégorie C.

Il est à noter que les bâtiments résidentiels situés en Espace de Développement Renforcé du Logement et de la Rénovation (EDRLR) ou en Zone de Rénovation Urbaine (ZRU) bénéficient automatiquement d’une majoration de 10% de ces montants.

Prime pour pompe à chaleur combinée ou pour le chauffage

La PAC (pompe à chaleur) fonctionne sur un principe simple : extraire de l’extérieur une énergie naturelle et propre, pour l’injecter à l’intérieur sous forme de chauffage (par le biais par exemple d’un radiateur, d’un ventilo-convecteur ou d’un plancher chauffant).

Substituant parfaitement à une chaudière à gaz ou à un poêle à granulés, la pompe à chaleur combine à merveille électricité et énergie naturelle, pour une efficacité remarquable.

Il est important de noter que seules les pompes à chaleur non réversibles (saumure/eau, air/eau, eau/eau) sont éligibles à l’obtention d’une prime. Les pompes à chaleur réversibles sont en revanches éligibles dans le domaine du tertiaire.

La prime s’applique aussi bien aux secteurs résidentiels, industriels, tertiaires, qu’à une construction neuve et à une rénovation. Elle varie de 4250 euros pour un demandeur de la catégorie A, 4500 euros pour une catégorie B, à 4750 euros pour une catégorie C, et ce par unité de logement. Son montant maximum va en revanche jusqu’à 50% des coûts éligibles d’une facture.

Parmi ceux-ci, on trouve le démontage et l’évacuation d’une ancienne installation, les excavation et forages, l’installation de canalisations nécessaires,… Opter pour une pompe à chaleur combinée vous ferait réaliser de très précieuses économies, et améliorerait grandement votre impact écologique. Il est donc souhaitable d’investir dans une combinaison !

Prime pour pompe à chaleur pour l’eau chaude sanitaire

Fonctionnant selon le même principe qu’une pompe à chaleur dite « classique », uniquement destinée au chauffage, la pompe à chaleur dédiée à l’eau sanitaire va piocher dans l’énergie à l’extérieur du bâtiment pour venir chauffer l’eau sanitaire à l’intérieur.

On peut prendre l’exemple d’un boiler thermodynamique : en récupérant les calories naturellement présentes dans l’air, la pompe à chaleur va ensuite venir chauffer l’eau du ballon. Un phénomène nommé aérothermie. Offrant à la fois des économies sur la facture d’installation, elle constitue un moyen simple et efficace de venir à une consommation énergétique plus raisonnable, moins énergivore et plus écologique.

Des études auraient démontré que ce genre d’installation permet des économies de 75% sur la facture énergétique, comparé à un chauffe-eau électrique. Ce n’est donc clairement pas négligeable ! Il est fondamental que votre pompe à chaleur soit minimum d’une classe A.

Côté prime, un demandeur de catégorie A pourra prétendre à une prime de 1400 euros, tandis qu’un demandeur de la catégorie B pourra recevoir 1500 euros. Enfin, la catégorie C se voit attribuer une prime à la hauteur de 1600 euros. Le montant de la prime est cependant plafonné à 50% des coûts totaux et éligibles de la facture.

Prime pour tubage cheminée collective

De nombreuses copropriétés ont des chaudières individuelles, reliées entre elles par une même cheminée collective. Cette situation offre des difficultés financières et légales qui compliquent les travaux à réaliser sur une seule chaudière ou sur la cheminée commune.

La prime offerte ici porte donc non pas sur le remplacement d’une chaudière collective par des chaudières individuelles, mais bel et bien sur les travaux d’installation ou rénovation d’une cheminée collective, pour un raccordement de chaudières individuelles. La prime permet ainsi aux copropriétés en difficulté de franchir le cap.

Pour un demandeur de la catégorie A, le montant de la prime s’élèvera à 30% des montants éligibles, 35% pour la catégorie B, et 40% pour la catégorie C. Les travaux et les investissements éligibles à cette prime sont donc les suivants :

  • la main-d’œuvre, l’installation du matériel et la fourniture, et ce uniquement dans le cadre d’un tubage collectif,
  • les travaux de maçonnerie qui seront définis comme essentiels à l’installation du tubage collectif
  • tous les travaux liés à un raccordement de la cheminée pour que les condensats puissent être évacués.

Ainsi, il vous faudra obtenir une facture de solde dissociant chacun des travaux éligibles de ceux qui ne le sont pas. Si la facture qui vous est donnée est globalisée, il vous faudra demander un devis détailler pour votre dossier de prime : ce devis permettra de dissocier chacun des postes.

Prime pour chauffe-eau solaire

Il n’y a pas d’installation plus économique ou écologique qu’un chauffe-eau solaire : captant l’énergie de l’astre, grâce à des panneaux solaires thermiques, il la transforme en chaleur qui, par le biais de tuyaux, viendra chauffer un liquide.

Ce dernier finira la course en venant chauffer le ballon d’eau. Pas d’inquiétude cependant pour la nuit ! Ce système offre l’avantage d’une eau chauffée sur plusieurs heures qui vous sauvera la vie pour avoir de l’eau chaude jusque tard. On estime à 60% les économies réalisées sur une facture énergétique : c’est donc un investissement qui vous fera faire de très belles économies !

Le ballon d’eau chaude sanitaire qui sera installé doit être impérativement de classe énergétique A, tandis que les capteurs solaires doivent être labellisés Solar Keymark Capteurs. L’installation doit être obligatoirement réalisée par un installateur possédant la certification RESCERT.

Ce dernier point est annulé si vos installations dépassent les 50 kWth. Une installation visant à chauffer exclusivement une piscine privée n’est pas éligible à la prime. Cette dernière s’élève à 2500 euros pour un demandeur de la catégorie A, à 3000 euros pour la catégorie B, et enfin, à 3500 euros pour la catégorie C. A cette somme s’ajoute un bonus de 200 euros par mètre carré de surface au-delà de 4 mètres carré.

C’est donc un investissement très largement soutenu, et qui ne tardera pas à vous faire économiser des sommes d’argent très importantes ! Combinant écologie et économie, c’est un système particulièrement intéressant.

Prime pour contrôle périodique PEB

Ce contrôle est obligatoirement réalisé pour tous les chauffe-eaux et chaudières qui s’alimentent de gaz. Il doit avoir lieu tous les deux ans. La prime concerne ainsi la réalisation de ce contrôle, et n’est dispensée que pour les ménages de catégorie C.

Le contrôle périodique PEB se doit d’être réalisé par un technicien chaudière PEB, qui doit de plus être agréé par Bruxelles Environnement pour cette tâche. La prime ne s’applique pas non plus aux chaudières qui alimenteraient plus d’une seule unité d’habitation.

Elle s’élève ainsi à 100 euros par contrôle, uniquement pour les foyers de catégorie C, et au maximum de deux attestations par logement. Cette prime a pour but de soutenir les foyers les plus fragiles en dédommageant un contrôle obligatoire.

Bonus supplémentaire à la prime

Face à la crise sanitaire, un bonus a été mis en place par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, valable jusqu’au 1er septembre 2021. Il augmente de façon très considérable le montant de certaines primes énergie. Le bonus encourage ainsi les investissements pour la rénovation énergétique des bâtiments, à la fois pour préserver l’environnement, mais aussi et surtout pour soutenir le secteur de la construction.

Ainsi, par exemple, un bonus a été mis en place quand à l’audit énergétique (prime A1). Une majoration à la hauteur de 25% du montant de la prime s’effectue pour un demandeur de la catégorie C. Le montant maximum s’élève à 70% des coûts considérés éligibles. L’audit étant la base pour de nombreux travaux, si ce n’est tous, et l’obtention des primes, c’est là un bonus qui va pouvoir influencer de nombreux foyers et les inciter à rénover !

Il est aussi très intéressant de constater qu’à partir de trois types de travaux réalisés, une majoration des primes s’opère. Elle s’élève à 10% pour les demandeurs des catégories A et B, et à 20% pour les demandeurs de la catégorie C. Une majoration qui ne s’opère cependant pas pour les primes A1 (déjà servie par un autre bonus), C3 et C8. C’est donc le moment idéal pour choisir d’investir dans de nouveaux travaux, en transformant sa facture énergétique et en réduisant plus que jamais son impact environnemental. N’hésitez donc pas à demander des devis pour des travaux en cette période !

Quelles sont les conditions pour recevoir la prime ?

Elles sont divisées en plusieurs catégories. Premièrement, concernant le demandeur.

  • il doit obligatoirement être majeur, avoir ainsi plus de 18 ans, ou tout du moins être émancipé légalement,
  • il doit faire figurer son nom sur la facture de l’entreprise des travaux, mais aussi disposer d’un compte en banque belge,
  • il doit impérativement pouvoir justifier de son droit partiel ou total sur le bâtiment : en étant usufruitier, nu-propriétaire, ou bien simplement propriétaire partiel ou total.

Ensuite, concernant les bâtiment au sein duquel s’opéreront les travaux :

  • il doit impérativement être situé en Région Bruxelles-Capitale,
  • il doit avoir été construit depuis au moins 10 ans (exception : les primes C4, C5, C7, qui ne fixent pas de limite d’âge),
  • s’il s’agit d’une copropriété, l’ensemble des copropriétaires doit formuler une demande unique ou une demande personnelle chacun,

Enfin, concernant les travaux en eux-mêmes :

  • l’entreprise en charge doit impérativement être référencée à la Banque-Carrefour des Entreprises,
  • l’entreprise doit être assujettie à la TVA,
  • l’entreprise doit disposer d’un accès réglementé à la profession,
  • si vous réalisez-vous même vos travaux, vous n’aurez aucun droit concernant la prime.

Comment faire une demande de prime chaudière ?

Réalisation d’un audit

Il vous faudra contacter un auditeur professionnel et agréé qui puisse vous fournir un rapport d’audit. De cette manière, vous apprendrez plus sur la manière pour vous de demander une prime, mais aussi sur les travaux qui sont préférables et seront plus efficaces pour votre bâtiment. Après le rapport d’audit, vous avez précisément 7 ans pour faire vos travaux. Au-delà, il ne sera plus valable.

Demande d’une prime audit

Les primes concernent aussi la demande d’un audit et sa réalisation. Vous pouvez très bien demander une prime à cet effet et vous voir rembourser une partie de la somme que vous aurez versé en amont.

Travaux et factures

Faites vos travaux. N’oubliez pas de demander une facture séparant ce qui est éligible aux primes de ce qui ne l’est pas, et si ce n’est pas possible, réclamez un devis détaillé. Réglez vos factures auprès de l’entreprise de travaux sans oublier que la moindre participation de votre part ou d’un particulier dans les travaux entraînera une annulation de la prime.

Demande et réception d’une prime énergie

En complétant les dossiers, il vous sera demandé d’apporter : une preuve de vos travaux (comme des photos de la progression) et un devis, entre autres. Vous devrez alors présenter vos revenus, la composition de votre foyer, afin d’être placé en catégorie A, B, ou C, dont dépendra la valeur de votre prime. Une fois la demande effectuée, vous vous verrez, si tout est correct, recevoir une somme égale à la valeur correspondant à votre profil de la prime.