Isolation du sol : pour quelles techniques opter et à quels prix ?

Isolation du sol

L’isolation du sol empêche le refroidissement tout en réduisant les pertes de chaleur de ce sol. Vous pouvez ainsi passer de la température moyenne de 11° C (pour un sol non isolé), à celle de 20° C (pour un sol isolé). Cela vous permet, en conséquence, de consommer moins d’énergie et de faire des économies d’environ 10 % sur vos factures énergétiques. Toutefois, il faut (en fonction de votre projet), savoir bien choisir les techniques et les matériaux isolants appropriés, et prévoir les coûts y afférents.

Je me lance !

Quelles techniques pour l’isolation du sol ?

Le froid favorise entre autres l’infiltration de l’humidité et intensifie la déperdition thermique via le sol. Celle-ci peut atteindre 10 % des pertes totales générées par votre logement. Heureusement, il existe plusieurs techniques pour l’isolation du sol pour pallier ce manque à gagner. Ainsi, en fonction de la structure des fondations de votre maison, vous pouvez opter pour les techniques de l’isolation par le haut ou de l’isolation par le bas.

Isolation par le haut

L’isolation par le haut – également appelée dalle de sol –, est une technique idéalement applicable aux sols des maisons dépourvues de vide technique ou d’espace non chauffé… Elle tient compte de la nature de votre sol et consiste à insuffler dans le plancher ou à poser des panneaux isolants ou de la chape isolante.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette technique, il faudra vous attendre à la démolition d’une partie de votre maison. La technique de la dalle de sol nécessite en effet une intervention sur les zones avoisinant la surface à isoler. Cela se traduit (par exemple), par l’enlèvement du revêtement existant de votre sol et de son remplacement par un nouveau. Cela impacte particulièrement la partie supérieure de la dalle.

Au finish, les travaux de démolition, combinés à ceux effectués sur les tuyauteries, rendent l’application de cette technique un peu plus compliquée et difficile.

Isolation par le bas

L’isolation par le bas (connue aussi sous le nom de vide ventilé ou plafond de la cave), est une technique qui permet de circonscrire à la fois l’infiltration du froid extérieur et l’échappement de la chaleur intérieure. Cette infiltration et ce réchauffement se produisent dans le vide sanitaire (s’il y a lieu), ou dans un espace non chauffé, tel qu’un garage ou une cave.

Le vide sanitaire (ou vide technique), est le réceptacle de froid et d’humidité. Il compose en effet cet espace (à la fois vide et humide), compris entre le sol naturel et le sol de logement. Ainsi, la technique d’isolation susmentionnée consiste également à placer un isolant au-dessus de la dalle du sol pour limiter les remontées d’humidité. Pour ce faire et en fonction de vos besoins, divers isolants (durs), sont mis à contribution. On peut citer le polystyrène expansé (PSE), le polyisocyanurate (PIR), le polyuréthane (PUR), et bien d’autres encore.

Le principal avantage de la technique d’isolation du sol par le dessous réside dans la flexibilité et la facilité de sa réalisation. Vous avez en effet plusieurs options et la structure de votre sol reste intacte après les travaux.

Quels matériaux utiliser pour l’isolation du sol ?

Type d’isolation Prix des matériaux Prix de la pose
Chape isolante 30 à 35 €/m² 15 à 20 €/m²
Panneaux isolants 20 à 25 €/m² 7 à 18 €/m²
Mousse PUR 30 à 35 €/m² 16 €/m²

⇒ Demander un devis sur mesure

En sus des coûts de réalisation, la qualité de l’isolation de votre sol dépend en partie des prix et du choix des matières à utiliser. Celles-ci existent en plusieurs types. Le top 3 des matériaux isolants les plus utilisés sont : les panneaux isolants, la mousse polyuréthane et la chape isolante.

Les panneaux isolants

Panneaux isolants

Les panneaux isolants (ou plaques isolantes), sont en général rigides et conviennent à tout type de surface isolable. Mais lorsqu’il s’agit d’isoler un sol, leur choix doit être rigoureux tant qu’ils doivent être assez résistants pour soutenir le poids de la dalle du sol par exemple.

Il existe plusieurs types de panneaux à isoler les sols. Les plus utilisés sont en polystyrène expansé du fait de leur légèreté, leur performance et la facilité de leur pose. Pour acquérir ces genres de matériaux, il faut débourser entre 20 € et 25 €/m².

La mousse polyuréthane

Mousse polyuthérane

Isolant thermique très efficace, la mousse polyuréthane est une alternative aux panneaux d’isolation. Sa particularité est que, d’abord, elle se pose très rapidement, même si sa pose est quelque peu technique. Ensuite, elle se repend pour encapsuler un nombre important de tuyaux (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle est dite “projetée. Dès lors, elle ne nécessite aucune couche de remplissage supplémentaire et convient parfaitement à l’isolation du sol par le bas.

La mousse PUR s’applique au-dessus du sol à isoler dont elle assure une étanchéité totale. Elle a une valeur d’isolation élevée et une adhésion irréprochable. Le prix moyen au m² de la mousse PUR est compris entre 30 € et 35 €/m². Mais la bonne nouvelle, c’est que l’isolation de votre sol grâce à cette mousse vous permet de faire une économie d’environ 15 % sur votre facture énergétique.

La chape isolante

La chape isolante est un matériau qui, en principe, s’associe à un autre isolant pour une isolation efficace du sol. Elle constitue une couche superficielle de ciment à poser en dessous du plancher.

Avec l’avantage de réduire considérablement les pertes thermiques, la chape à isoler réduit sensiblement votre consommation énergétique. Elle vous fait ainsi économiser de l’argent et, au-delà, du temps (puisqu’elle sèche assez vite, contrairement à la chape classique). Toutefois, elle coûte plus ou mois chère, comparativement aux autres matériaux isolants vendus sur le marché. Il faut prévoir 30 € à 35 €/m² pour l’achat d’une chape à isoler.

Le prix de la pose par m² pour une isolation du sol

Il vous est tout à fait possible de réaliser vous-même vos travaux d’isolation du sol. Mais entre la complexité de la pose de l’isolation (par le haut en l’occurrence), et le choix du matériau approprié, vous pouvez avoir du fil à retordre. Il vaut mieux, dans ce cas, faire appel à un spécialiste. Cela a un coût, certes, mais le jeu en vaut la chandelle. Voyons ci-dessous quel est le prix par m² pour une isolation du sol – en fonction bien entendu des techniques et des matériaux choisis.

Ainsi, pour la pose des chapes isolantes, il vous faut entre 15 € et 20 €/m². Cela vous fera une économie d’environ 30 % que si vous optez pour les panneaux isolants classiques.

Pour ce qui est de la pose d’un panneau isolant, les prix varient en fonction du matériau choisi. Il faut ainsi compter :

Type de panneau Fourchette de prix
Panneaux EPS 10 €/m²
Panneaux PIR 7 € à 18 €/m²
XPS (polystyrène extrudé) 12 € à 16 €/m²

Quant à la mousse PUR, son prix est fonction de son épaisseur (en cm), et de la surface à isoler. À titre illustratif, il faut compter 16 €/m² pour une couche épaisse de 8 à 10 cm (centimètres).

⇒ Trouver un professionnel

Les primes pour l’isolation du sol

Région Condition Prime
Wallonie   à partir de 0,15€/m² (jusqu’à x6 selon revenu du ménage)
Bruxelles Isolation par le haut
Valeur R > 2 m² K/W
Entre 20 et 38 €/m²
Isolation par le bas
Valeur R > 3,5 m² K/W
Entre 20 et 38 €/m²
Bonus isolant naturel Entre 10 et 15 €/m²
Flandre Valeur R > 2 m² K/W 6 €/m²

L’isolation en général et celle des sols en particulier participent considérablement à l’amélioration de la performance énergétique. C’est dans cet esprit qu’en Belgique des primes énergie sont accessibles aux ménages dans le cadre de leurs projets d’isolation. Cela dit, qu’en est-il des primes pour l’isolation du sol à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre ?

Prime Wallonie

La particularité de la prime Wallonie réside dans son unicité (conformément au nouveau système de primes en matière d’isolation). En d’autres termes, elle couvre aussi bien les travaux d’isolation du sol que tous les autres travaux d’isolation. Ainsi, une prime de base de 0,15 € (pour chaque KWh économisé), est accordée aux ménages wallons pour la mise en œuvre de leurs projets d’isolation. Ces primes varient en fonction des revenus des ménages.

Ce montant de base de 0,15 € (pour les ménages à revenus les plus élevés), peut se voir multiplié par 6 (pour les ménages à revenus les plus bas). Ainsi, les ménages à revenus faibles et à revenus élevés autant que les propriétaires bailleurs ont droit à cette prime.

Pour que vous puissiez accéder à la prime Wallonie, votre logement doit avoir fait l’objet d’une occupation pendant plus de 15 ans et être situé en Wallonie. En ce qui vous concerne, vous devez (entre autres), être majeur ou mineur anticipé, avoir le droit sur la propriété ou en être l’usufruitiera.

Prime Bruxelles

La prime Bruxelles pour les travaux d’isolation tient également compte des revenus des ménages bruxellois. Mais ce n’est pas le cas selon que ces travaux concernent les murs, les toitures ou les sols…

De manière générale, les primes pour l’isolation du sol à Bruxelles varient en fonction des catégories éligibles, à savoir les catégories A, B et C. Ainsi, il faut prévoir :

  • 20 €/m² (mètres carrés), pour la catégorie A
  • 25 €/m² pour la catégorie B
  • 30 €/m² pour la catégorie C (38 €/m² pour les factures de solde postérieures au 1er septembre 2020).

Pour chacune de ces 3 catégories, vous pouvez bénéficier d’un bonus dit isolant naturel de 10 €/m². Ce bonus passe de 10 € à 15 €/m² si votre facture de solde est postérieure au 1er septembre 2020.

La prime varie aussi en fonction de la technique utilisée. En ce qui concerne l’isolation par le bas ou vide ventilé, vous devez espérer une prime comprise entre 20 et 30 €/m² pour une cave (par exemple), dont la valeur R est supérieure à 3,5 m² K/W (Kelvin par Watt). 

Cette tranche de 20-30 €/m² est également applicable pour l’isolation par le haut (dalle de sol) dont la valeur R est supérieure à 2 m² K/W.

Prime Flandre

La prime Flandre, pour l’isolation du sol est de 6 €/m² pour une valeur R minimale de 2 m² K/W. Pour être éligible à cette prime, l’isolation thermique de votre sol doit donc avoir une résistance thermique supérieure ou égale à 2 m² K/W.